Warning: setcookie() expects parameter 3 to be integer, float given in /usr/share/nginx/html/cophan.org/wp-content/themes/cophan/functions.php on line 115

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /usr/share/nginx/html/cophan.org/wp-content/themes/cophan/functions.php:115) in /usr/share/nginx/html/cophan.org/wp-content/plugins/qub-wp/qub-wp.php on line 86
Plan d'action pour l'inclusion économique et la participation sociale 2017-2023 : les personnes handicapées ont hâte à 2023 | COPHAN

Plan d’action pour l’inclusion économique et la participation sociale 2017-2023 : les personnes handicapées ont hâte à 2023

12 décembre 2017

Montréal, le 12 décembre 2017

 

« Nous accueillons favorablement le Plan d’action gouvernemental pour l’inclusion économique et la participation sociale 2017-2023 » indique Véronique Vézina, présidente de la Confédération des organismes de personnes handicapées du Québec (COPHAN). En effet, si l’essentiel des propositions du Plan est mis en œuvre, les personnes handicapées seront nettement moins pauvres en 2023. Toutefois, nous restons très prudents puisque la quasi-totalité des mesures dépend des prochaines élections provinciales et de certaines modifications législatives.

Le gouvernement instaure un revenu de base pour 84 000 personnes ayant des contraintes sévères à l’emploi. « 440 $ de plus par mois, c’est presque ce que nous proposons. C’est donc une bonne nouvelle … pour 2023 » exprime Mme Vézina. En effet, si le gouvernement maintient le crédit d’impôt de solidarité d’environ 1 000 $ annuel et étend l’admissibilité au programme allocation pour le logement, soit un 1 000 $ annuel de plus, les personnes visées vont arriver prêt du seuil de faible revenu après impôt, 20 675$ par an. Soutenu par le réseau du logement social, le revenu de base serait même légèrement au-dessus. Il ne reste à venir que les annonces de la Société d’habitation du Québec. Nous espérons y lire l’ajout de subvention aux personnes handicapées pour choisir leur lieu de résidence à côté de commerces et de lignes d’autobus accessibles. « Nous voulons aussi faire notre bout pour la mobilité durable », ajoute Camille Desforges, responsable de dossiers à la COPHAN.

Cependant, les personnes hébergées doivent aussi bénéficier du nouveau programme et nous invitons le Ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale à agir en ce sens. En effet, ces personnes n’ont la plupart du temps qu’un montant de 212 $ résiduel pour leurs dépenses personnelles une fois l’hébergement payé. Ce montant doit augmenter sous risque que des 440 $, il ne reste rien de plus dans leurs poches. C’est ainsi prêt de 40 000 personnes qui resteront dans la pauvreté malgré un montant de 5 280 $ de plus par année. Un véritable arrimage doit être effectué entre plusieurs lois et règlements pour que cela n’arrive pas.

L’augmentation des gains d’emploi exemptés à 200 $ est également à souligner. Cette proposition adresse nos demandes. Au Nouveau-Brunswick, c’est 500 $ qui est exempté de coupures. Les annonces pour les actifs que les personnes pourront avoir sans coupure sont aussi de bon augure, plusieurs provinces ont déjà agi en ce sens.

La COPHAN souligne la mention dans le Plan de la sortie prochaine de la Stratégie nationale pour l’intégration et le maintien en emploi des personnes handicapées. Attendue depuis plus de 3 ans, cette stratégie permettra notamment de mieux comprendre comment se concrétisera l’annonce dans le Plan d’un meilleur accompagnement vers l’emploi au moment de l’entrée au programme de solidarité sociale. « Le message que des personnes handicapées peuvent et veulent travailler va finir par passer auprès des entrepreneurs, il ne manque que les investissements pour les soutenir », rappelle Mme Vézina, « mais cet accompagnement doit rester volontaire ». Nos attentes sur la Stratégie sont cohérentes avec la volonté du Plan, l’emploi reste la meilleure façon de sortir les personnes de la pauvreté. En conséquence, les investissements dans le contrat d’intégration au travail et dans les entreprises adaptées devront être à la hauteur.

Nous proposons depuis de nombreuses années des solutions pour des conditions de vie décentes aux personnes ayant des limitations fonctionnelles. Ainsi, nous espérons que l’ensemble des parlementaires collaboreront pour une adoption rapide d’un projet de loi permettant l’entrée en vigueur de plusieurs des mesures concernant directement les personnes admises au programme de solidarité sociale.

« En attendant 2023, le 73 $ de plus par mois dans les poches des personnes aves des contraintes sévères sont les bienvenues dès février 2018 » indique Mme Vézina.

La COPHAN est un organisme à but non lucratif incorporé en 1985 qui a pour mission de rendre le Québec inclusif afin d’assurer la participation sociale pleine et entière des personnes ayant des limitations fonctionnelles et de leur famille. Elle regroupe plus de 50 organismes et regroupements nationaux, régionaux et locaux de personnes ayant tout type de limitations fonctionnelles.

Contact média : Véronique Vézina, présidente